+855 11 239 064 tp@service-attitude.com    
WiFi restaurants

Restaurants : The Wi-Fi Connection

Tenter une connexion WiFi prend tout son sens lorsque l’on se trouve à l’étranger et que l’on ne dispose pas d’une carte Sim locale. Je suppose que nombre de touristes sont dans ce cas lorsqu’ils sont chez nous. Tel fut mon souci lors d’un récent séjour à Mexico suivi d’un rapide passage à Miami.

Pour éviter une très fâcheuse surprise à son retour, eu égard à une surconsommation incontrôlée de Go, on recherche des lieux où un réseau WiFi est disponible et gratuit. En hôtel, dans un appartement loué ou chez des amis la question ne se pose pas mais dans la rue où dans certains lieux publiques, lieux de passage et lieux d’attente elle est cruciale. Dans tout aéroport il est impératif d’arriver trois heures avant le décollage d’un vol international. C’est long. Et l’on a une furieuse envie de se connecter. En général il y a un réseau Wi-Fi dans chaque grand, ou moins grand, aéroport dans le monde et l’accès y est plus ou moins facile et rapide. Mais à celui de Mexico, c’est une autre affaire. Au comptoir informations :

«  Hola Señora, ¿usted me podría dar la conexión wifi del aeropuerto, por favor? »
«  Lo siento Señor, pero no hay red wifi, únicamente en Starbucks. »

QUAND SEUL LE RESTAURANT PROPOSE UN SERVICE PUBLIC

Bon, en route pour le premier Starbucks et un Frappuccino à l’heure de l’apéro. Le problème est que la connexion s’avère compliquée : 1/ taper l’URL de l’hébergeur très longue ce qui oblige à lancer le navigateur du smartphone. Pfff ! Une fois la page ouverte il faut 2/ entrer le mot de passe, fastidieux lui aussi. Ca devrait le faire. Et bien non, car ces informations imprimées en bas du ticket de caisse sont si minuscules et si pâlichonnes que j’ai dû mal saisir un signe ou deux. Je reviens vers le serveur et en bon Français : « ça ne marche pas ! », suivi d’une demande plus courtoise : « pouvez-vous m’aider s’il vous plait monsieur ? ». Il prend mon iPhone et réussi la manip. Ouf ! Il doit avoir l’habitude… Mais il m’a fallu plus de 10 mn pour être connecté. Je regrette de na pas avoir fait de captures d’écran, vous auriez compris mon malheur…

QUAND LA WIFI EST TOTALEMENT OPEN

Le surlendemain à Miami, dans un restaurant Shake Shack – dont je vous ai déjà parlé dans cet article « so casual tellement pas fast food » – l’expérience fut diamétralement opposée : la porte d’entrée à peine franchie votre smartphone se connecte automatiquement sur le réseau qui porte le nom de l’enseigne et sans qu’il soit besoin de taper identifiant, code, ni mot de passe. Pas de cadenas ! Ca c’est cool.

ShakeShake WiFI

 

STARBUCKS, PIONNIER DE LA CONNEXION WIFI

Depuis mon retour à Paris, cette différence d’accès entre deux réseaux WiFi de chaînes très connues m’intrigue et je suis allé voir comment ça fonctionnait dans quelques restaurants fast food ou fast casual de Paris. Le premier, Starbucks, bien sûr, pour voir s’ils ont une norme mondiale ou pas. Et bien elle est ultra locale et varie d’un restaurant à l’autre. Au 108 Boulevard Haussmann se connecter est une épreuve qui requiert une quasi-déclaration d’état civil. Je parie que si l’on tape n’importe quoi dans les champs, ça marche quand même.

WiFi Starbucks

A l’autre bout du Boulevard Haussmann, vers le numéro 32, un autre Starbucks. La connexion Wi-Fi y est instantanée, sans identifiant ni mot de passe, le petit cadenas est symbolique. Ou alors, c’est peut-être dû au fait que je m’étais déjà identifié au restaurant précédent, je ne sais pas. Un clic et ça turbine.

WiFi Starbucks

CONNEXION WIFI, DU BON, DU MOINS BON ET DU NUL

Encore Boulevard, chez Costa Coffee, c’est également hyper simple : connexion immédiate sans mot de passe ni rien, juste accepter les conditions d’utilisation.

WiFi Costa Coffee

Toujours Boulevard Haussmann, au Prêt à Manger des Galeries Lafayette, ça commence mal parce que le restaurant est identifié sur le réseau parmi les _Guest Galeries Lafayette_ avec code d’accès etc. Mais le plus grave fut que ça ne marchait pas, la fenêtre du menu refusant obstinément de s’ouvrir.

WiFi Prêt a Manger GL

Autre jour, autre quartier, Avenue des Ternes dans le 17è, chez Paul. Pour inciter le consommateur internaute à entrer, il a été placé une affiche extérieure bien visible quoi que un rien sexiste : « renseignez-vous auprès d’un serveur… » alors qu’il n’y a que des serveuses. Faute grave dans l’accueil-service. Et lorsque j’ai demandé le code d’accès Wi-Fi, la réponse fut nette : « Ah, non, ça ne marche pas ». Mais que fait cette affiche dehors ? Triple faute : accueil-service, technologie et communication. Au fait monsieur Paul, WiFi signifie Wireless Fidelity !

WiFi Paul

Suite au McDonald’s Porte de Champerret. Je me dis que là, ça doit être du lourd. En fait, oui et non. Pour le positif, la connexion est automatique, sans mot de passe, ni identifiant et ultra rapide. Là aussi, pas de cadenas ! Il faut juste choisir le bon réseau car il y a le choix entre trois MacDo.

WiFi McDonalds

Côté problème, la navigation est très lente, une a deux minutes pour ouvrir une page web, ce n’est pas normal. Deuxième hic : pour pouvoir accéder à un site internet il faut préalablement signaler sa présence dans ce MacDo, faire un check-in sur Facebook, si bien que mes amis ont cru que j’étais fier d’être allé me régaler en ce lieu de perdition alors que j’y travaillais J !

WiFi McDonalds

GOURMET BURGER RIME AVEC GOURMET WIFI

Terminons ce périple par deux restaurants gourmet burger moins connus, créés et gérés par des gens que je connais bien, qui, comme beaucoup d’autres de cette génération, cumulent le courage d’entreprendre et la volonté de réussir. Des précurseurs pour les premiers, des confirmateurs pour les seconds. Question burgers c’est viande de bouchers réputés, pains livrés chaque matin, frites fraiches, sauces maison… Bref de bons produits mais quid de leur Wi-Fi ?

Au B&M, 82 Avenue Parmentier dans le 11è, ce sont deux amis, Benjamin et Michael, qui m’ont longtemps laissé penser que le logo B&M était les initiales de leurs prénoms. Or ces lettres signifient Burger Meilleur. Pour se connecter en Wi-Fi, il suffit de demander le mot de passe à la caisse. Il a l’avantage d’être simple et court, donc ouvrir le cadenas va vite. Et ça fonctionne très bien.

WiFi restaurant BetM

L’autre restaurant se nomme OBU pour Organisation des Burgers Unis. Un nom inattendu qui induit des recettes à connotation internationale. Situé 200 rue du Faubourg Saint-Martin dans le 10è, il a été créé par un couple de jeunes restaurateurs qui gèrent également une pizzeria dans le quartier. Pour la Wi-Fi, le mot de passe est affiché dans le restaurant, la connexion est excellente et rapide puisque utilisant la fibre. Et, bien entendu, le temps d’utilisation est illimité.

WiFi restaurant OBU

WiFiVisitesTableau

CONTRAINTES LEGALES POUR LA WIFI

Aujourd’hui il y a des normes à respecter, qu’elles soient techniques ou sécuritaires. La loi pour la Confiance dans l’Economie Numérique (LCEN) impose aux fournisseurs d’accès internet dont font partie les hôtels et restaurants de conserver pendant un an les données des utilisateurs de leur réseau :

  • Identifiants de connexion
  • Identifiants attribués aux abonnés
  • Identifiants du terminal utilisé pour la connexion lors d’un accès
  • Dates et heures de début et de fin de connexion
  • Caractéristiques de ligne de l’abonné

Initialement prévues pour la chasse aux pédophiles, escrocs et autres internautes déviants, ces lois ont depuis été renforcées en France, en 2011, pour prévenir le risque lié au terrorisme. Mais alors, comment expliquer tant de différences  dans les modes ou procédures de connexion wifi – de totalement ouvert à très contraignante – parmi ce petit échantillon de restaurants dont je viens de parler ?

« INTERDIRE L’ACCES AU WEB VIA LA WIFI PUBLIQUE N’EST PAS ENVISAGE »

Pour éteindre la rumeur ou en réponse à la question d’interdire purement et simplement aux lieux fréquentés par le public tout accès au web, mardi 8 décembre 2015, Manuel Valls a assuré que l’interdiction des accès au Web via des Wi-Fi publics n’était « pas une piste envisagée. Internet est une liberté, est un moyen extraordinaire de communiquer entre les gens, c’est un plus pour l’économie. » (20 Minutes).

Cela dit, on voit mal un terroriste envoyer des messages à haut risque à partir d’une banale connexion au fast food du coin. Ces individus utilisent des réseaux qui, de routeurs en routeurs, les rendent anonymes, The Onion Router – le réseau Tor – un logiciel libre et non interdit (pour le moment) en France.

WiFiCadenas

L’ABSENCE DE WIFI EST UN OBSTACLE A LA FREQUENTATION

Et l’aspect service à la clientèle dans tout cela ? A l’origine il y avait les lieux qui proposaient la WiFi et ceux qui n’en voulaient pas, ceux qui la proposaient payante, ceux pour qui le mot de passe servait à éviter qu’un passant puisse utiliser leur réseau, enfin ceux qui limitaient le temps de connexion pour empêcher les clients de s’incruster. Les adultes et seniors n’ont pas été gâtés… Mais ça c’était avant.

Certains restaurateurs sont toujours anti Wi-Fi, et d’autres carrément contre le téléphone portable, enfin, contre son utilisation lors d’un repas. Il est même proscrit dans certains établissements aux Etats Unis. Face à cette infime minorité, la prolifération des connexions est surtout due aux nouveaux patrons, des digital native comme leur clients pour lesquels un accès internet permanent et gratuit est une évidence, un truc sans lequel un restaurant n’en serait pas vraiment un. Nous sommes en 2015 ! Des restaurants proposent même des chargeurs à leur clients, comme au bar de l’IdTGV. Les gens, où qu’ils se trouvent,  ont tous leur portable à la main, surtout les millénials pour qui il n’y a jamais eu d’avant…

Alors, la question n’est pas de savoir si l’on aime ou pas, ni si c’est bien ou pas. Elle n’est pas non plus de faire ou non l’impasse sur la Wi-Fi sous prétexte qu’une installation « coute cher » et, pire encore, d’imaginer faire payer la connexion au client ou d’en limiter le temps d’utilisation, comme au siècle dernier. Les faits sont là. La fréquentation des restaurants n’étant pas au top, tout ce qui peut inciter le consommateur à pousser la porte d’entrée doit être mis en œuvre. C’est ce que Starbucks a compris le premier et nombre de leurs clients viennent y travailler sur leur ordinateur, connecté, comme à la maison ou au bureau, avec leur boisson favorite en plus. Donc la question ne se pose plus : tout restaurant se doit de proposer la Wi-Fi gratuite dont le système permet une connexion ultra simple et rapide, en conformité avec le cadre légal.

 

Suivez, rejoignez Service Attitude sur Facebook, Twitter, Linkedin, Scoopit, Pinterest

6 Responses

  1. Oui c’est aussi ce qu’a révélé une de nos études effectuée autour des lieux de restauration avec ou sans wifi. Effectivement, beaucoup de connexions wifi demandent à remplir un formulaire. Ce n’est pas obligatoire, mais cela permet au restaurateur de se créer une base de données clients avec toutes les statistiques qui en découlent. Pour l’internaute, c’est un peu fastidieux. D’autres espaces wifi nécessitent un code afin de réserver la bande passante internet à leurs seuls clients. Et enfin il existe des accès simples où il est demandé uniquement de valider les conditions de navigation par simple clic tout en respectant les lois françaises et européennes pour un moindre coût. Dans tous les cas, il est étonnant que les principaux intéressés n’installent pas le wifi dans leurs établissements. Mais la question est: A quel tarif leur est proposée la solution wifi? Certains opérateurs wifi abusent fortement de leur position pour proposer un service wifi à des tarifs exorbitants.

    1. Bonjour Vincent,

      J’ai en effet fait ce constat avec le restaurant de mon père c’est comment j’en suis arrivé à créer ma startup qui répond à cette demande.

      J’espère aider tous les chercheurs de Wifi à bientôt trouver leurs bonheurs 😉

  2. Thierry Poupard

    Par acquis de conscience, je suis aller me placer à l’entrée du McDonald’s Pte de Champerret : comme je m’y étais déjà connecté, la connexion restée en mémoire se fait automatiquement, instantanément, sans aucune manipulation. Et je confirme que, pour aller sur internet, on a obligation de signaler, via un check-in Facebook, sa présence en ce lieu. Si l’on coche le lien « passez cette étape » vous ne pouvez accéder à aucun site. Je trouve ce procédé, cette procédure, un peu limite…

Laisser une réponse